PROJET AUTOBLOG


Sam & Max: Python, Django, Git et du cul

Site original : Sam & Max: Python, Django, Git et du cul

⇐ retour index

Mise à jour

Mise à jour de la base de données, veuillez patienter...

La course du bus de l’innovation sur le chemin de la croissance 5

samedi 22 juillet 2017 à 22:10

Ceci est un post invité de 01ivier posté sous licence creative common 3.0 unported.

Bonsjours à toutes et à tous,

Dans un sursaut de patriotisme, je me suis dit qu’il me fallait, moi aussi, participer à l’effort national et promouvoir le savoir-faire technologique français. Partant du constat que, de nos jours, proposer quelque chose de nouveau semble suffisant pour être innovant, j’ai fait comme tout bon startupeur, je ne me suis pas embarrassé à concevoir quelque chose d’utile. À vrai dire, ce n’est même pas nouveau. Mais je suis français et j’ai un compte Twitter, je crois que c’est amplement suffisant pour prétendre au label #CitizenOfTheFrenchTechNation.

 
frenchtech

 

Où le bus l’innovation va tout droit.

Parce que je suis bien conscient de l’influence que cet article va avoir dans le monde du jeu vidéo, je vais détailler les différentes étapes de la réalisation de ce projet bouleversant.

Tout d’abord, j’ai fait en sorte que le bus de l’innovation aille tout droit sur un chemin de la croissance qui est tout droit.

#-*- coding: utf-8 -*-
 
# On importe de quoi dormir
from time import sleep
 
# On définit le graphisme en accord avec l'équipe de designers
chemin = " " 
arbre = "A"
bus = "B"
 
# On définit la qualité de l'image après avoir consulté les experts en GPU du Digital-Agile-Open-Tech-Lab-Responsive.IO
largeur_ecran = 70
 
# On définit l'état initial conjointement avec la team level design.
# (elle-même ayant sollicité au préalable le narrative designer, bien entendu)
largeur_chemin = 15
position_chemin = 28
position_bus = 35
 
while 1:
 
    # On place la première portion d'arbres dans le paysage
    paysage = arbre * position_chemin
    # On place le chemin
    paysage += chemin * largeur_chemin
    # On remplit le reste du paysage par la deuxième portion d'arbres
    paysage += arbre * (largeur_ecran - len(paysage))
    # On place le bus sur notre paysage
    paysage = paysage[:position_bus] + bus + paysage[position_bus:]
 
    # On affiche le tout
    print(paysage)
 
    # On dort un peu
    sleep(0.2)

bus_innovation_droit

Oui. Il est effectivement possible d’arriver plus simplement au même résultat, mais, mes qualifications ne m’offrent pas le loisir d’être incompétent. J’anticipe donc les futurs mouvements du bus de l’innovation ainsi que les inéluctables virages du chemin de la croissance.

Ce doit être un peu déroutant pour vous, j’en conviens, mais c’est l’expérience qui parle.

Faites-moi confiance.

 

Où le bus l’innovation va tout droit mais en bien plus beau.

Parce que l’on n’est jamais assez exigent sur l’apparence d’un produit de luxe, j’ai voulu changer le rendu des arbres en remplaçant le “A” par un “█” bien plus raffiné. Voici le résultat que j’ai obtenu :

bus_innovation_droit_arbre

Diable comme le succès est semé d’embûches !

En effet, un petit…

>>> len("█")
3

… m’a appris que le “█” comptait pour trois caractères, faussant mon ingénieuse gestion des positions.

Mon talent m’avait permis d’anticiper les mouvements et autres virages mais pas ça. Damned. Qu’allais-je faire ?

Un petit replace() bien placé et le tour était joué. Sans compter que je pouvais désormais me permettre de mettre de la couleur.

La classe internationale.

#-*- coding: utf-8 -*-
 
from time import sleep
 
chemin = " " 
arbre = "A"
#On définit un arbre classe et vert en utilisant les codes ANSI
arbre_classe_et_vert = "\33[32m█\033[0m"
bus = "B"
 
largeur_ecran = 70
largeur_chemin = 15
position_chemin = 28
position_bus = 35
 
while 1:
 
    paysage = arbre * position_chemin
    paysage += chemin* largeur_chemin
    paysage += arbre * (largeur_ecran - len(paysage))
    paysage = paysage[:position_bus] + bus + paysage[position_bus:]
    # PAF ! On remplace l'arbre ridicule par un arbre classe et vert après avoir géré la position des différents éléments.
    paysage = paysage.replace(arbre, arbre_classe_et_vert)
 
    print(paysage)
 
    sleep(0.5)

BIM !

bus_innovation_droit_arbre_vert

 

Où le bus de l’innovation va tout droit mais sur un chemin de la croissance qui tourne.

Pour faire tourner le chemin de la croissance je fais un petit +2/-2 sur sa position avec un randint(), et zou.

Par contre, pour forcer le chemin de la croissance à rester dans l’écran, j’ai été surpris de ne pas trouver de fonction prête à l’emploi pour contraindre un nombre dans un intervalle donné. Je suis donc passé par une “astuce” pécho sur Stack Overflow que j’ai trouvée élégante. On classe par ordre croissant le nombre donné avec les bornes de l’interval et on récupère le deuxième élément.

position = sorted(position_min, position, position_max)[1]

Si vous avez mieux, ça m’intéresse.

#-*- coding: utf-8 -*-
 
# On importe de quoi choisir des nombres au hasard
from random import randint
 
from time import sleep
 
chemin = " " 
arbre = "A"
arbre_classe_et_vert = "\33[32m█\033[0m"
bus = "B"
 
largeur_ecran = 70
largeur_chemin = 15
position_chemin = 28
position_bus = 35
 
# On définit une position maximale pour le chemin de la croissance
position_max_chemin = largeur_ecran - largeur_chemin
 
while 1:
 
    # On calcule la nouvelle position du chemin de la croissance
    # Un peu plus à droite, un peu plus à gauche ou un peu plus tout droit...
    position_chemin += randint(-2, 2)
 
    # En s'assurant qu'il ne déborde pas de la largeur de l'écran
    position_chemin = sorted([1, position_chemin, position_max_chemin])[1]
 
    paysage = arbre * position_chemin
    paysage += chemin * largeur_chemin
    paysage += arbre * (largeur_ecran - len(paysage))
    paysage = paysage[:position_bus] + bus + paysage[position_bus:]
    paysage = paysage.replace(arbre, arbre_classe_et_vert)
 
    print(paysage)
 
    sleep(0.5)

bus_innovation_chemin_virage

 

Où le bus de l’innovation crache des flammes.

Avant de me pencher sur les mouvements du bus de l’innovation, j’ai pris le temps de le tuner un peu.

Déjà, direct, je l’ai peint en rouge, rapport au fait que le bus de l’innovation, c’est un peu la Ferrari de l’entrepreneuriat.

Et puis, je me suis dit qu’il fallait qu’il n’y ai vraiment absolument aucun doute sur le fait que c’était bel et bien le bus de l’innovation. Je lui ai donc fait écrire “LE BUS DE L’INNOVATION” sur la route. Je m’en remets à vous pour me dire s’il reste une ambiguïté.

Accessoirement, le “A” utilisé pour placer les arbres est devenu un “a“, pour ne pas être confondus avec le “A” présent dans “INNOVATION”. C’est un détail, mais les générations d’ingénieurs qui liront ça dans deux cent ans seront bien contents de trouver cette explication.

#-*- coding: utf-8 -*-
 
from random import randint
from time import sleep
 
chemin = " " 
arbre = "a"
arbre_classe_et_vert = "\33[32m█\033[0m"
 
largeur_ecran = 70
largeur_chemin = 15
position_chemin = 28
position_bus = 35
 
# On définit le texte écrit par le bus de l'innovation
texte_du_bus = "LE BUS DE L'INNOVATION "
# On récupère le nombre de caractères dans le texte écrit par le bus de l'innovation
nb_caractere = len(texte_du_bus)
# On initialise un compteur pour gérer la succession des caractères
compteur = 0
 
position_max_chemin = largeur_ecran - largeur_chemin
 
while 1:
 
    position_chemin += randint(-2, 2)
    position_chemin = sorted([1, position_chemin, position_max_chemin])[1]
 
    paysage = arbre * position_chemin
    paysage += chemin * largeur_chemin
    paysage += arbre * (largeur_ecran - len(paysage))
 
    # Dans le texte écrit par le bus de l'innovation, on prend le caractère 
    # indiqué par le compteur modulo le nombre de caractères possibles
    caractere = texte_du_bus[compteur%nb_caractere]
    # On peint le caractère en rouge Ferrari
    bus = "\33[31m{0}\033[0m".format(caractere)
    # On incrémente le compteur pour avoir le caractère suivant au prochain tour
    compteur += 1
 
    paysage = paysage[:position_bus] + bus + paysage[position_bus:]
    paysage = paysage.replace(arbre, arbre_classe_et_vert)
 
    print(paysage)
 
    sleep(0.5)

Magnifique.

bus_innovation_flamme

 

Où l’on cherche à faire tourner le bus de l’innovation.

Je ne vais pas vous mentir, la course du bus de l’innovation sur le chemin de la croissance n’est pas vraiment une nouveauté vidéoludique. Nous, c’est à dire La Labomedia, l’avons déjà présentée à Toulouse lors du THSF 2014 ainsi qu’au PSESHSF 2016 de Choisy-le-Roi dont il existe même une vidéo de la Master Class.

Sur cette photo spectaculaire, vous pouvez découvrir la pertinence de notre ingénieuse interface biologique imputrescible nourrie aux anti-biotiques NF.

busdelinnovationsurlechemindelacroissance

Mais, non seulement j’avais perdu totalement le code initial mais en plus l’installation s’appuyait sur l’excessivement chère MakeyMakey qui, par ailleurs, telle qu’elle est vendue, impose à l’utilisateur d’être relié à une masse.

Pour sa résurrection, je lui ai donc préférée la Capacitive Touch HAT pour RaspberryPi conçue par Adafruit et qui fonctionne direct au simple touché.

(Il va de soit que les natural chicken flavor interfaces n’ont, elles, pas été remises en question.)

Voici le code minimal pour utiliser le Capacitive Touch HAT une fois la librairie d’Adafruit installée :

import Adafruit_MPR121.MPR121
from time import sleep
 
interface = Adafruit_MPR121.MPR121.MPR121()
interface.begin()
 
while 1:
 
  # Si la patine numéro 0 est touchée
  if interface.is_touched(0):
      print("GAUCHE !")
 
  # Si la patine numéro 10 est touchée
  if interface.is_touched(10):
      print("DROITE !")
 
  sleep(0.1)

Qui devient ceci quand on instaure un seuil de détection pour tenir compte de la conductivité des pattes de poulet.

import Adafruit_MPR121.MPR121
from time import sleep
 
interface = Adafruit_MPR121.MPR121.MPR121()
interface.begin()
 
seuil = 100
 
while 1:
 
  # Si la patte de poulet reliée à la patine numéro 0 est touchée
  if interface.filtered_data(0) < seuil:
      print("GAUCHE !")
 
  # Si la patte de poulet reliée à la patine numéro 0 est touchée
  if interface.filtered_data(10) < seuil:
      print("DROITE !")
 
  sleep(0.1)

On ne peut pas dire que ce soit très compliqué. À noter tout de même la nécessité d’activer l’I2C et de lancer le script en root. Une formalité pour celles et ceux qui ont de l’ambition dans la Vie.

Une fois intégré dans notre formidable simulation de sport mécanique extrême, le script ressemble alors à ça :

#-*- coding: utf-8 -*-
 
# On importe la librairie d'Adafruit
import Adafruit_MPR121.MPR121 as MPR121
 
from random import randint
from time import sleep
 
# On instancie l'interface...
interface = MPR121.MPR121()
# ... et on la démarre.
interface.begin()
 
chemin = " " 
arbre = "a"
arbre_classe_et_vert = "\33[32m█\033[0m"
 
largeur_ecran = 70
largeur_chemin = 15
position_chemin = 28
position_bus = 35
 
texte_du_bus = "LE BUS DE L'INNOVATION "
nb_caractere = len(texte_du_bus)
compteur = 0
 
position_max_chemin = largeur_ecran - largeur_chemin
 
seuil = 100
 
while 1:
 
    # En fonction des patines touchées,
    # on déplace le bus de l'innovation vers la droite...
    if interface.filtered_data(0) < seuil:
        position_bus += 1
 
    # ... ou vers la gauche.
    if interface.filtered_data(10) < seuil:
        position_bus -= 1
 
    position_chemin += randint(-2, 2)
    position_chemin = sorted([1, position_chemin, position_max_chemin])[1]
 
    paysage = arbre * position_chemin
    paysage += chemin * largeur_chemin
    paysage += arbre * (largeur_ecran - len(paysage))
 
    caractere = texte_du_bus[compteur%nb_caractere]
    bus = "\33[31m{0}\033[0m".format(caractere)
    compteur += 1
 
    paysage = paysage[:position_bus] + bus + paysage[position_bus:]
    paysage = paysage.replace(arbre, arbre_classe_et_vert)
 
    print(paysage)
 
    sleep(0.5)

bus_innovation_tourne

 

Où le bus de l’innovation est tenu de rester sur le chemin de la croissance.

Écoutez, que les choses soient bien claires, moi aussi je trouve cet article beaucoup trop long, mais c’est du rayonnement de la France dont il est question. Dois-je vous le rappeler ?

Voici donc comment j’ai tenu compte des sorties du chemin de la croissance par notre bus de l’innovation :

#-*- coding: utf-8 -*-
 
import Adafruit_MPR121.MPR121 as MPR121
 
from random import randint
from time import sleep
 
interface = MPR121.MPR121()
interface.begin()
 
chemin = " " 
arbre = "a"
arbre_classe_et_vert = "\33[32m█\033[0m"
 
largeur_ecran = 70
largeur_chemin = 15
position_chemin = 28
position_bus = 35
 
texte_du_bus = "LE BUS DE L'INNOVATION "
nb_caractere = len(texte_du_bus)
compteur = 0
 
position_max_chemin = largeur_ecran - largeur_chemin
 
# On définit un booléen qui rendra compte de l'état du bus de l'innovation
le_bus_roule = True
 
seuil = 100
 
while 1:
 
    if interface.filtered_data(0) < seuil:
        position_bus += 1
 
    if interface.filtered_data(10) < seuil:
        position_bus -= 1
 
    # Si le bus roule...
    if le_bus_roule:
 
        position_chemin += randint(-2, 2)
        position_chemin = sorted([1, position_chemin, position_max_chemin])[1]
 
        paysage = arbre * position_chemin
        paysage += chemin * largeur_chemin
        paysage += arbre * (largeur_ecran - len(paysage))     
 
        # Si le bus sort de la route, à gauche ou à droite...
        if position_bus <= position_chemin or position_bus >= position_chemin + largeur_chemin:
 
            # On change l'apparence du bus (qui devient une croix verte)
            bus = "\33[32mX\033[0m"
            # On change l'état du bus de l'innovation
            le_bus_roule = False
 
        # Sinon, on affiche le bus comme précédement défini
        else:
            caractere = texte_du_bus[compteur%nb_caractere]
            bus = "\33[31m{0}\033[0m".format(caractere)
            compteur += 1
 
        paysage = paysage[:position_bus] + bus + paysage[position_bus:]
        paysage = paysage.replace(arbre, arbre_classe_et_vert)
 
        print(paysage)
 
        # Si, entre temps, le bus de l'innovation s'est arrêté de rouler
        if not le_bus_roule:
 
            # On affiche un message sympathique après avoir sauté une ligne
            print("\nIl n'est pas exclu que le bus de l'innovation se soit pris un arbre...")
 
        sleep(0.5)

bus_innovation_crash

 

Où la course du bus de l’innovation sur le chemin de la croissance va pouvoir enfin commencer.

Afin que le public intègre bien le défi collectif que représente la relance de l’économie par le financement et le développement d’innovants nouveaux projets novateurs avec de la technologie à la pointe de la technologie, j’ai fait en sorte d’afficher la croissance totale que l’ensemble des joueurs auront fait parcourir au bus de l’innovation.

Ainsi, n’y a-t-il jamais un individu qui perd, mais toujours un collectif qui gagne.

Quelque chose entre la victoire éternelle et le succès permanent.

Une véritable leçon de Vie.

#-*- coding: utf-8 -*-
 
import Adafruit_MPR121.MPR121 as MPR121
 
from random import randint
from time import sleep
 
interface = MPR121.MPR121()
interface.begin()
 
chemin = " " 
arbre = "a"
arbre_classe_et_vert = "\33[32m█\033[0m"
 
largeur_ecran = 70
largeur_chemin = 15
 
# On met en place un système d'initialisation des positions
# du chemin de l'innovation et du bus de la croissance
init_position_chemin = 28
init_position_bus = 35
position_chemin = init_position_chemin
position_bus = init_position_bus
 
texte_du_bus = "LE BUS DE L'INNOVATION "
nb_caractere = len(texte_du_bus)
compteur = 0
 
position_max_chemin = largeur_ecran - largeur_chemin
 
seuil = 100
 
le_bus_roule = True
 
# On déclare des variables qui vont nous permettre de rendre compte
# des quantités de croissance parcourue par le bus de l'innovation
croissance_parcourue_totale = 0
croissance_parcourue = 0
 
# On définit un petit texte à formater pour présenter les quantités en question
texte_crash ='''
Bravo !
Tu t'es pris un arbre mais tu as parcouru {0} mètres de croissance !
 
Pour ton information, le Bus de l'Innovation a parcouru {1} mètres
de croissance depuis son départ.
 
Pour le faire redémarrer, appuie sur la cuisse de poulet du milieu.
La France compte sur toi !
'''
 
while 1:
 
    if interface.filtered_data(0) < seuil:
        position_bus += 1
 
    if interface.filtered_data(10) < seuil:
        position_bus -= 1
 
    # On met en place un moyen de reprendre le chemin de la croissance
    # si le bus de l'innovation s'est pris un arbre
    if if interface.filtered_data(5) < seuil and not le_bus_roule:
        le_bus_roule = True
        croissance_parcourue = 0
        position_chemin = init_position_chemin
        position_bus = init_position_bus
        compteur = 0
 
    if le_bus_roule:
 
        position_chemin += randint(-2, 2)
        position_chemin = sorted([1, position_chemin, position_max_chemin])[1]
 
        paysage = arbre * position_chemin
        paysage += chemin * largeur_chemin
        paysage += arbre * (largeur_ecran - len(paysage))     
 
        if position_bus <= position_chemin or position_bus >= position_chemin + largeur_chemin:
 
            bus = "\33[32mX\033[0m"
            le_bus_roule = False
 
        else:
            caractere = texte_du_bus[compteur%nb_caractere]
            bus = "\33[31m{0}\033[0m".format(caractere)
            compteur += 1
            # On incrémente la croissance parcourue à chaque tour
            croissance_parcourue += 5
 
        paysage = paysage[:position_bus] + bus + paysage[position_bus:]
        paysage = paysage.replace(arbre, arbre_classe_et_vert)
 
        print(paysage)
 
        if not le_bus_roule:
 
            # On calcule la croissance totale parcourue
            croissance_parcourue_totale += croissance_parcourue
            # On formate notre petit texte pour informer le joueur de sa 
            # performance individuelle et collective.
            print(texte_crash.format(croissance_parcourue, croissance_parcourue_totale))
 
        sleep(0.5)

bus_innovation_arcade

Le pattern strategy version gastronomique 9

vendredi 14 juillet 2017 à 21:11

Allez, un petit article de POO un peu avancée pour faire marcher ses neurones ce WE.

Le design pattern strategy, qui consiste à déléguer une partie du comportement d’un objet à un autre objet, est probablement l’un des motifs de conception les plus utiles en programmation. Trop souvent les gens utilisent l’héritage là où la composition serait plus adaptée, et une injection de dépendance bien faite permet de gagner beaucoup en qualité de code.

Si vous ne vous souvenez plus de ce qu’est le pattern strategy, vous pouvez faire un saut sur le chapitre qui en parle dans le guide de la POO :)

Mais comme un petit rappel ne fait pas de mal, en très court, strategy ressemble à ça :

class MonObjet:
    def __init__(self):
        self.strategie = MaStrategie()
 
    def foo(self):
        return self.strategie.foo()

Ce qui permet à une sous-classe de changer la strategy ou non :

class MonSousObjet(MonObjet):
   def __init__(self):
        self.strategie = MonAutreStrategie()

Ou de changer la strat dynamiquement :

hop = MonObjet()
 
hop.stategie = SuperNewStrat()

Mais si vous vous en tenez à ce design, les utilisateurs de la classe vont très vite rencontrer des limitations.

D’abord, une bonne stratégie peut avoir besoin de contexte. Dans ce cas, donnez lui le choix d’avoir une référence à l’objet parent:

class MonObjet:
    def __init__(self):
        # Passer self permet à la stratégie de connaître son contexte. 
        # Le désavantage est l'introduction potentiel d'un couplage entre 
        # les deux objets, et potentiellement des effets de bords supplémentaires. Cela reste 
        # néanmoins souvent une bonne idée.
        self.strategie = MaStrategie(self)   
    ...

Ensuite, une stratégie devrait pouvoir être passée à la création de l’objet :

class MonObjet:
    def __init__(self, strategie=MaStrategie):
        # On donne la priorité à l'objet passé en paramètre. Si il n'y en a 
        # pas on crée la stratégie par défaut.
        self.strategie = strategie(self)  
    ...

Cela permet d’overrider la stratégie pour les usages plus avancés, tout en permettant aux débutants de ne pas se soucier de cela car il existe quand même une valeur par défaut.

truc = MonObjet(UneStrategieDifferente)

Comme le travail dans un init est souvent assez redondant, avoir un endroit pour permettre aux sous-classes de facilement overrider la stratégie est une bonne pratique. En Python il est courant d’utiliser les variables de classes pour cela :

class MonObjet:
 
    # On appelle souvent cet attribut "strategy_class" ou "strategy_factory"
    strategie_par_default = MaStrategie
 
    def __init__(self, strategie=None):
        self.strategie = strategie(self) if strategie else self.strategie_par_default(self) 
    ...
 
class MonSousObjet(MonObjet):
    # Et boom, overriding de la stratégie par la classe enfant en une ligne.
    # Django fait ça par exemple avec les classes based views et l'attribut 
    # model
    strategie_par_default = MonAutreStrategie

Une fois que vous avez fait tout ça, vous avez déjà fait mieux que 90% des programmeurs. Néanmoins si vous voulez vraiment mettre la petit touche pro à votre API, vous pouvez aussi permettre la création dynamique de la stratégie:

class MonObjet:
 
    strategie_par_default = MaStrategie
 
    def __init__(self, strategie=None):
        self.strategie = strategie(self) if strategie else self.build_strategy() 
 
    def build_strategy(self):
        return self.strategie_par_default(self)
 
    ...

Wow, ça en fait des self et des factories :) En fait, ça fait la même chose qu’avant, c’est à dire que le tout premier exemple de code tout simple qu’on a vu en début d’article marche toujours ! C’est la beauté de la chose.

La différence, c’est que maintenant une classe enfant peut overrider build_strategy() et créer des stratégies à la volée, en fonction du contexte d’exécution. Par exemple créer une stratégie différente en fonction d’une valeur de base de données. C’est rare que ça arrive, et c’est vraiment de l’usage avancé. Mais quand vous avez ça, vous êtes certains que votre code est prêt à être utilisé par autrui. Car si cet autrui n’est pas content, il peut faire une profonde coloscopie à votre code et y insérer ce qu’il veut, quand il veut.

Être dev après tout, c’est être un peu poète.

Le don du mois: Framasoft (bis) 7

mardi 11 juillet 2017 à 09:15

J’ai déjà donné à Framasoft il y a 2 ans alors que je n’utilisais plus vraiment le site. Plutôt en remerciement de tout ce qu’ils ont fait pendant que j’étais encore sous Windows XP à bricoler avec Phoenix, CloneCD et WinAmp.

Depuis 2001 cet excellent portail a fleuri pour devenir un hébergeur de nombreux services, particulièrement:

Pour l’instant je suis très content de l’agenda qui est une instance nextcloud avec une jolie UI, offrant plusieurs calendriers en parallèle, des partages et exports et tout le tintouin. Donc j’ai thunderbird linké dessus sous Ubuntu, et Solcalendar sous Android (avec pulse sms pour pouvoir taper les sms confortablement sur l’ordi, rien à avoir mais j’en suis content alors je plug).

Bref, cet outil arrive à point pour être bien productif. Reste plus qu’à trouver une alternative à GTG qui est lent comme une grand-mère asthmatique. Si vous avez des suggestions…

Néanmoins, héberger des services comme ça, ça coûte cher. Et framasoft les propose gratuitement.

Donc, don de 30 euros à l’asso. Merci messieurs-dames, vous déchirez.

Pour vous aussi faire un don, c’est par ici.

Caldigit et USB-C 13

lundi 10 juillet 2017 à 13:41

Mon rêve d’avoir un setup tri-écran, ethernet, casque-micro et chargement avec un seul câble est enfin devenu une réalité.

Et ça a pas été de la tarte.

J’ai un Dell XPS 15 qui a un port USB-C avec thunderbolt. J’ai acheté un dock USB-C caldigit qui propose une entrée micro, une sortie casque, un port HDMI, un display port et un port ethernet, le tout avec un seul branchement via USB-C.

Inutile de dire que ça n’a pas marché. L’USB-C est une vraie jungle, vous connaissez aussi mon avis sur les finitions du XPS 15 et puis la vidéo, ça fait partie de ces trucs qui sont toujours galère en 2017.

Mais…

Après avoir:

Ca marche.

Pas plug and play pour deux ronds. Mais j’ai enfin un seul câble qui charge l’ordi, m’envoie un débit fibré et étend mon affichage, automatiquement au boot, sous Linux et Windows.

Joie.

Si j’écris l’article, c’est pour dire que:

Mais surtout pour signaler que le support de caldigit a été fantastique, ce qui est assez rare pour le souligner. Ma première interlocutrice via chat a répondu vite et posé les bonnes questions. Identifiant qu’elle ne pouvait pas résoudre le problème, elle m’a redirigé vers le niveau supérieur du support en faisant suivre correctement tout le dossier. Niveau supérieur très technique qui a permis, mail après mail, détail après détail, à faire marche le bouzin. Pas une question à la noix. Pas besoin de me répéter 15 fois. Pas de remise en cause de ma bonne foi ou de prise pour un gogole. Quand les gens font leur boulot ça étonne toujours.

Alternative au do…while en Python 21

lundi 3 juillet 2017 à 17:25

De nombreuses instructions ont été volontairement écartées de Python. Le goto bien entendu, mais aussi le switch, unless et le do...while.

Le but est de limiter le nombre de mots clés à connaitre afin de comprendre le langage. Les créateurs ont choisi donc de mettre de côté des mots clés trop souvent mal utilisés, pas assez utilisés, ou qui possèdent des alternatives suffisantes.

La boucle while est rarement utilisée en Python, en tout cas beaucoup, beaucoup moins que sa petite soeur la boucle for. Avoir besoin d’un do...while est encore plus rare, et donc ne peut faire partie du club très fermé des mots clés réservés.

Si l’on souhaite obtenir l’effet du do..while en python, on fait donc généralement une boucle infinie suivie d’un break sur une condition. Exemple:

import random
 
choix = random.randint(0, 100)
 
while True:
    reponse = int(input('Devinez le nombre: '))
    if reponse < choix:
        print('Plus grand')
    elif reponse > choix:
        print('Plus petit')
    else:
        break
print('Bravo')

Le défaut de cette technique est qu’elle ne rend pas clair dès le début la condition de sortie de la boucle. Aujourd’hui en parcourant la mailling list python-idea, je suis tombé sur une idée pas conne:

import random
 
choix = random.randint(0, 100)
 
while "L'utilisateur n'a pas encore deviné le nombre":
    reponse = int(input('Devinez le nombre: '))
    if reponse < choix:
        print('Plus grand')
    elif reponse > choix:
        print('Plus petit')
    else:
        break
print('Bravo')

Ca marche car les chaînes non vides sont toujours vraies en Python, et ça documente le code :)